A TRAVERS LE TEMPS… Les corsaires de Boulogne… Suite XIV.

Le retour des corsaires en 1806 Maurice ORANGE

Le retour des corsaires en 1806 Maurice ORANGE

RIVET arme L’Aigle en 1783, avec HARDOUIN pour Capitaine, au départ de Calais. Ce dernier commande ensuite le Fortuné, esquif de cinq tonneaux sorti de Boulogne, en Pluviôse et Ventôse de l’An I ( février 1793 ). Ses armateurs sont les frères DELPORTE. Le nom de ce Capitaine corsaire sort ensuite de la chronique.

ROBERT appareille de Boulogne le 18 Floréal An V( 07 mai 1797 ), comme Commandant de l’Unité. Les armateurs sont MOLEUX-CROUY. Il est pris par l’ennemi, et il semble qu’il ne soit pas reparti en course ensuite.

Jean ROBERTSON commande Le Bien Informé, avec équipage de 36 Hommes, du 30 Prairial au 4 Fructidor An VIII( du 19 juin au 22 août 1800 ), pour l’armateur GRISET. En coopérant avec le Capitaine BOUCHARD qui est sur Le Coureur, il prend le Croflon et le Fox. En l’An IX( 1800 / 1801 ), toujours commandant du même navire, mais pour l’armement LAFOIREZ-CADET, il prend un lougre, un smoggler( un corsaire anglais ! ). Celui-ci est chargé d’eau-de-vie et de tabac. Cette prise est encore réalisée en duo, avec le Capitaine BOUCHARD lui-même. Amitiés de mer…

John ROBINSON est américain. Il est interprète sur le Tippo-Saïb en l’An VII( 1798 / 1799 ), pour le Capitaine LEBEAU. Il devient l’année suivante Second-Lieutenant du Capitaine J. A. HURET sur l’Industrie. Toujours en l’An VIII, il devient Capitaine du Furet pour l’armateur Jean BRISSET. Pendant ce commandement, il prend devant Folkestone le Danger, sloop armé de deux obusiers, et de deux pierriers. En coopération avec Le Poisson volant et l’Adolphe, il capture Le Cygne. Avec le Furet n°3, il s’empare du Jason et de La Bonne intention.

Nicolas-Joseph ROUTTIER nait en mai 1768, de Pierre ROUTTIER et de Rose-Noëlle BACLIN.
Alors qu’il n’a encore que trente ans, il laisse son épouse, Marie PALETTE, à quai…. il prend le commandement de La Revanche, du 4 Frimaire au 5 Nivôse An VII( du 24 novembre au 25 décembre 1798 ). Il en profite pour prendre le Peter dans les eaux de Douvres. Il continue et, du 14 Germinal au 9 Fructidor de la même année( du 3 avril au 26 août 1799 ), il commande un équipage d’excellence ; en effet sur Le Furet de l’armateur Jean GRISET, son second est Jacques BROQUANT, son Premier Lieutenant est Pierre-François BEAUVOIS, son Second Lieutenant est Jacques Antoine LATAZIN, et son troisième Lieutenant est John ROBINSON. L’équipage de 35 Hommes dispose de 30 fusils, 6 espingoles et 26 sabres.
Du 11 Vendémiaire au 2 Frimaire An VIII( du 3 octobre au 23 novembre 1799 ), il est pour l’armateur GRIMONPRE le Capitaine commandant le Succès, 35 tonneaux, 14 canons, 4 pierriers, 35 hommes d’équipage. Son Second est John ROBINSON, son Lieutenant est Antoine TRUDIN. Il fait une première capture, mais alors qu’elle était acheminée en port ami, l’Anglais la reprend, et Nicolas-Joseph perd deux Lieutenants de prise ainsi que neuf hommes… Néanmoins, il met la main ensuite sur le Pointer, L’Industrie, et le Columbia, pris en coopération avec le Vrai Décidé du Capitaine DESGARDINS.
Il est commandant de la Maria, un sloop armé par MERLIN-DUBREUIL, en Pluviôse An X( janvier / février 1802 ). Du 07 au 12 juillet 1804, il commande le Furet, comportant pour son équipage 36 fusils, 24 pistolets,20 sabres et 1 espingole… On sait que Nicolas-Joseph a acheté avant la course un poignard( 48 Francs )pour lui-même, et une paire de pistolets pour son Second( 30 Francs )… La mission fut courte mais bonne ; ont été pris le Kitty, et le Prince de Galles. Mais, pour bonne qu’elle fut, elle s’est mal terminée, et Nicolas-Joseph est resté quatre ans sur le Samwhinge, ponton ancré à Chatam. Prisonnier de l’Angleterre…
Il n’empêche, on le retrouve sur un corsaire français pour une course qui va durer six mois entre 1808 et 1809 ; il est à ce moment Capitaine de la Vengeance pour l’armateur GRISET. Son navire fait 62 pieds de long, porte 14 canons et 34 hommes d’équipage. Il prend alors Le Phénix et la Symétrie. Il change de bateau, et en 1809 / 1810, il commande L’Aimable Nelly, pour le même armateur, avec 70 hommes d’équipage. Il prend alors L’alliance, L’abeille, et La justice. Les corsaires DROSIER, Jean HURET ou Joseph HURET ont apporté leur collaboration à ces captures. Pris par l’Anglais, il ne profite que peu de temps de son hospitalité, car il commande la première course de La Courageuse pour l’armateur Félix MORAND du 22 octobre 1811 au 11 mars 1812… avec ce bateau et en collaboration avec L’Entreprenant du Capitaine BUTEZ, il prend la Suzanne et le Granero. Il reprend la mer sur le même bateau, en prend à nouveau le commandement pour sa deuxième course, du 25 avril 1812 au 13 février 1813. Il eut un temps de retrait de la course entre ces deux dates, et fut remplacé par le Commandant HENIN.
Nicolas-Joseph est décédé le 14 février 1837 chez lui, au numéro 22 de la Rue du Bras d’Or.

Bibliographie :Echec à NELSON -( Les Corsaires Boulonnais de la Révolution à l’Empire ). ABC2E

Webographie : -http://www.descendants-capitainescorsaires.org/res_recherche.php

-http://data.bnf.fr/12007694/tribunaux_de_prises/

-http://fournetmarcel.free.fr/corsaires.htm

-http://threedecks.org

A SUIVRE…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s