La « Vie Café » en France… En français et in english !

Les Fragueules

Aujourd’hui, nous vous proposons le petit texte que nous envoie une amie anglaise des Yeux Dans La Hune, installée dans le Boulonnais, et que la vie des cafés en France continue, visiblement, d’intriguer… 

Nous vous livrons ce billet, dans son adaptation française, suivie de la version originale anglaise. Merci, Susan, pour ce clin d’œil humoristique, teinté d’un esprit francophile certain.

(Mais rappelons, tout de même que les cafés, en tant que lieux de sociabilité, sont apparus au XVIIIème siècle, et qu’on y philosophait plutôt qu’on y jouait, en buvant la boisson exotique venue des Amériques… Et au XIXème siècle, lieu de bouillonnement révolutionnaire, on y organisait la grève, tandis que des chorales ouvrières y répétaient. C’est à Lille, le 23 juillet 1888, dans le café « A La Liberté », au cœur du quartier Saint-Sauveur, qu’on chanta pour la première fois,  l’Internationale.)

La « Vie Café » en France

Petites scènes de la vie des Cafés en France, par une Anglaise installée dans le Boulonnais, Susan Gabriel.

J’ai déménagé en France en décembre 1989, pour gérer un petit hôtel-restaurant-café.
En français, l’origine du mot café vient de la boisson, et donc c’est l’endroit où tout le monde va le boire hors de la maison – et parce qu’on boit le café souvent accompagné d’un cognac, les cafetiers français ont une licence (Licence IV) qui leur permet de vendre de l’alcool.
Un café pouvait comprendre une épicerie… Et le café a été simplement une activité complémentaire, pour encourager des clients à s’attarder dans les boutiques. Le commerçant tient son café parce qu’il aime la compagnie. La vie sociale est essentielle au bien-être d’un Français ! -En général, l’épouse servait les marchandises côté magasin, le patron s’occupait du comptoir.

Pour permettre aux clients de passer le temps, les jeux de société y ont été introduits et probablement, d’abord, les jeux de cartes. Un jeu populaire jusqu’à aujourd’hui est la belote de comptoir. Je ne connais pas les règles car à chaque fois que j’ai demandé qu’on m’explique, on m’a répondu : « C’est compliqué, c’est mieux que tu commences à jouer et découvre par toi-même ! ». Mais, bien sur, personne ne veut accepter un partenaire débutant alors je n’ai jamais appris. Je pense cela ressemble au jeu anglais « Whist ».

En plus des jeux de cartes, d’autres jeux ont été installés dans les cafés pour attirer et amuser les jeunes, pour les garder près de chez eux – car les cafés ne sont pas nés dans les villes et les villages mais dans les cités ouvrières ou dans les corons, en pays minier, ici dans le Nord. Alors des petites tables de billard sont apparues. Venu de Belgique, le « billard à bouchon » se trouvait dans les cafés de mineurs, prés de Lens.

Des bâtiments ont été construits et ressemblent aux cafés actuels : une salle assez large pour contenir une table de billard style français, avec seulement trois boules, une rouge, une ivoire, et une blanche. Le jeu est aussi populaire pour les joueurs que pour les spectateurs. Pour faire un point, la blanche doit toucher successivement les deux autres billes. Le joueur garde la main tant qu’il marque des points. Celui qui obtient le plus de points gagne. Des joueurs professionnels ont pu arriver à 100 points et des spectateurs payaient leur entrée pour regarder les compétitions de billard.

Pendant les années 1980, les tables de « billard français » ont été remplacées par des billards américains, appelés « pool ». Étant une joueuse enthousiaste et passionnée, j’ai loué une table de pool pour mon café… Aujourd’hui, les tables de pool ont été remplacées par les activités WIFI. Les adolescents ne vont plus au café pour rencontrer des amis, pour jouer ensemble, ou même pour faire des jeux l’un contre l’autre… Ils utilisent le WIFI pour faire des jeux sur leur tablette. La chaîne de restaurant MacDonald a été une des premier à installer la WIFI afin d’encourager les voyageurs de commerce à s’arrêter pour un prendre un repas ou un café.

Deux jeux auprès des jeunes étaient le baby foot et le flipper. Naturellement, la plupart des cafés proposaient le jeu de fléchettes et pendant les années 90, les jeux électroniques ont été introduits.

Quand je suis arrivée en France, je suis restée perplexe devant les plateaux en plastique recouverts de feutre vert, appelés « pistes de dés », d’abord pour le 4-21, qui me semble un peu ennuyeux et auquel je préfère le Yams, aussi appelé ‘Yahtzee’. C’est un jeu d’origine britannique mais c’est en France que j’ai appris à jouer.

Des étudiants allemands, qui ont séjourné dans mon hôtel, ont apporté un jeu de « backgammon » avec eux et, avant partir, en utilisant des feutres, ont copié la piste sur un plateau de bois. Des capsules des canettes de bière, rouges et noires ont servi de jetons, et ce jeu est devenu populaire auprès des clients de mon café, pendant longtemps.

Mes trois échiquiers ont aussi constitué une grande attraction, et les vendredis et samedis soirs, on jouait à deux ou trois jeux en même temps, ainsi qu’au billard, tandis que d’autres faisaient un Yams avec moi. Hélas, ces jours-là sont révolus depuis longtemps.

Il y a un type de café qui va perdurer, et on en trouve au moins un dans tous les grands villages, et plusieurs dans les villes : C’est le café-tabac – On n’y vend pas que des cigarettes et du tabac mais aussi un des journaux, des cartes à gratter et parfois, on y fait des paris sportifs, ou sur les courses, dans les « PMU ». Même si les gens arrêtent de fumer, de boire et de lire des journaux, viendront toujours ceux qui achètent un ticket de Loto, en espérant de devenir millionnaires. Ces cafés sont souvent pleins chaque soir après le travail et les matins des week-ends. C’est là qu’on retrouve aujourd’hui la vie sociale propre aux cafés français.

Susan Gabriel

French Café Life

When I first moved to France in December 1989 it was to run a small hotel with a restaurant and a café-bar. Café is the French word for coffee and so the place where people went to drink a coffee became termed a café – and because a brandy was an accompaniment to coffee, the café premises would be licensed to sell alcohol. A café bar could be in a grocer’s, a butcher’s, baker’s etc. and the café was just a sideline to encourage customers to linger and see the wares on display but also the shop-keeper ran a café because he wanted company, for a social life is essential to a Frenchman’s wellbeing (his wife would see to the shop side, he’d gossip over the bar).

To encourage people to stay longer on the premises ‘jeux de society’ – social games were introduced and probably this first started with card games. The popular card game to this day is ‘bar ballot’, I don’t know the rules as every time I’ve asked someone to explain them I’ve been told, “It’s complicated, you just have to start playing and find out,” but, of course, no one wants to take on a beginner as a partner (for it’s played in pairs) so I’ve never even learnt the rules, I think it’s a bit like Whist.

Besides card games, cafés set up games to attract and entertain young people to keep them nearer home – for cafés were not only in towns and villages but amidst housing estates that were built for workers, here in the north it was for miners, and for factory workers. So mini billiard tables came into being and the ones on the lines of the Belgium type called ‘billard à bouchon’ were in the cafés in the miners’ community near Lens in northern France (not far from Belgium).

Where buildings were constructed to be actual cafés, one room would be large enough to contain a French style billiard table. This did not have pockets and the game was played with just three balls, 2 red and a white, the game was very popular for players and for spectators. Using the cue, the white had to be sent to touch first one red then the other, that gained one point and the player continued until he failed to touch both balls, then his adversary took a turn until he failed to touch both balls. The one with the most points won. Professional players could reach 100 points, people paid entry to venues to watch such players compete against each other.

In the 1980s American style pool tables replaced the big French billiard tables and, being a keen pool player myself, I hired one for my café, but these days, pool tables have also been replaced – by WIFI. Teenagers no longer go to cafés to meet up with friends to physically play games or even to play games with each other, they use the WIFI so they can play games on their electronic ‘tablettes’, MacDonald’s (termed MacDough by the French) was one of the first to set up WIFI, it was to get travelling salesmen to pop in for a coffee and it snowballed from there.

Two games that were popular with the young were ‘baby foot’, the table-top game of football, and ‘flipper’. Naturally most cafés had dart boards but during the 1990s the electronic type was introduced.

When I first came to France, I was bemused to see in cafés a round plastic tray with a green baize cloth interior, this was called a dice track. It was first used for the dice game of ‘4-21’ – it seems a bit tedious to me, I prefer the dice game of ‘yams’ also called ‘yahtzee’ seemingly of British origin.

Some German students who came to stay in my hotel brought a ‘back- gammon’ set with them and before leaving, using felt tips, they copied out their ‘backgammon’ board onto a wooden tray. Black and red bottle tops became the counters and that proved popular with my customers for quite a while. My chess boards were a big attraction too and on weekend evenings, two or three games could be on the go, along with people playing pool and others playing yams with me. Those days are long gone alas.

There is one type of café that will endure and is found in every large village and several in towns and it’s the ‘café tabac’ – not only are cigarettes and tobacco sold in the cafés but it’s a newsagents as well and a supplier of ‘scratch cards’ and all gambling paraphernalia. Even if people stop smoking, drinking and reading paper material, they’ll always be those who buy a Loto ticket in the hope of becoming millionaires. Such cafés buzz with life each weekday evening, people call in after work and frequent them on weekend mornings. That’s where French café social life is found these days.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s