Brève de Compt’art

Oeuvre de Claude H.

Oeuvre de Claude H.

Le café, lieu subversif par excellence… Lieu d’échanges, de partage, passionnel souvent, de rencontre, mais aussi – souvenons-nous de Germinal – de fermentation subversive et culturelle.
Rien d’étonnant à ce que le patronat, très tôt dans le processus d’industrialisation, ait perçu ce lieu comme un danger potentiel. Les règlements draconiens des usines en interdisaient parfois la fréquentation aux ouvriers, avec force poncifs moralisateurs et paternalistes, instrumentalisant les valeurs étriquées de la bourgeoisie, afin d’éviter toute émergence d’une solidarité ouvrière.
Aujourd’hui encore, même si la pauvreté croissante en limite l’accès, le café est toujours un lieu où couvent des forces sociales et créatrices. Les Yeux Dans La Hune y ont fait une belle rencontre :  Claude H., artiste discret et surpris encore de son intérêt soudain pour la sculpture sur bois !

Oeuvre de Claude H.

Oeuvre de Claude H.

 » C’est dingue ! Pourquoi je me suis lancé là-dedans ? », nous dit-il, le regard étonné, comme s’il évoquait une subite conversion…

« Ça m’est venu quand j’ai mis la main sur un vieux lot de ciseaux et de pièces de bois, une souche de chêne, en rangeant un débarras…
Je me laisse guider par le bois. C’est la forme de la pièce, ses veines, ses nœuds qui me disent ce que je vais pouvoir en faire. Je m’assure que le temps de séchage soit suffisant et je me lance. »

Oeuvre de Claude H.

Oeuvre de Claude H.

Claude regarde, interloqué, son oeuvre posée sur la table voisine et nous parle encore : 

« A la retraite, j’ai abandonné tout moyen de communication : téléphone, etc… Les gens n’ont pas compris. Mais je me suis dis que, pour moi, c’était terminé, tout ça. »

Quand on lui demande s’il s’est inspiré d’une oeuvre existante pour ce qui nous semble être le chapiteau d’une colonne romane, il nous répond :

« Non, non, je ne copie rien. Je démarre avec strictement rien ! Là, je me suis planté, j’ai coupé une colonne.

Oeuvre de Claude H.

Oeuvre de Claude H.

Ce sont les visages féminins qui m’ont procuré du plaisir en sculptant. J’avais l’impression de percer un mystère… Le visage du barbu, là, je m’en foutais, ce n’est pas ce qui m’intéressait en travaillant. »

Les artistes médiévaux, ouvriers avant tout, ont peut-être exprimé les mêmes préoccupations que Claude, guidés par le temps, la matière et la recherche d’une beauté mystique…

Un samedi soir, à Boulogne-sur mer, Claude H.  a ouvert un pont entre le XXIème et le XIème siècle, avec discrétion et modestie.

Oeuvre de Claude H.

Oeuvre de Claude H.

Publicités

2 réflexions sur “Brève de Compt’art

  1. Vraiment, on pense à des œuvres d’un autre temps en regardant le travail de Claude H.. La main est toutefois assurée, guidée, comme il le dit lui-même, par « le bois ». Quelle fraîcheur, quelle beauté mystico-fantastique ! -Mais… ces mots ne plairaient certainement pas à ce sculpteur discret. Encore, encore plein de sculptures, s’il te plait, Claude H..

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s