A TRAVERS LE TEMPS… LES CORSAIRES DE BOULOGNE – Suite XI.

800px-Le_retour_des_corsaires_en_1806_-_Maurice_ORANGE

« Le retour des corsaires ». Tableau de Maurice ORANGE, propriété de l’État Français, en dépôt au musée de GRANVILLE.

Jean-Baptiste, Benjamin LEVILLAIN est natif du Havre, où il vient au monde en 1795. Il se fixe à Boulogne, et y ayant rencontré l’Amour, s’y marie avec Adrienne, Elisabeth LASALLE. Il commande L’Enjôleur du 19 Nivose au 23 Ventose An IX( du 9 janvier au 14 mars 1801 ). Ce bateau de trente tonneaux est monté par 39 corsaires, et il prend le Sturry( en collaboration avec le Victoire, du Capitaine BEAUVOIS ), et l’Active, seul. Il commande encore à la course sur Le Furet. C’est à son domicile de la rue de la place des Victoires, qu’il décède, le 24 juillet 1831. Il était devenu capitaine au long cours.

Peu de choses sont sues de MARTIN. Il a au moins fait une course pour un armateur boulonnais. Il commande en effet Le Hardi pour GRIMONPRE en Brumaire An VI( Octobre-Novembre 1797 ). Il vogue vers un autre port, et c’est à Fécamp qu’est armé Le Requin, qu’il commande en l’An VIII. Avec ce navire, il prend le Keeling, un marchand de 150 tonneaux chargé de bois de campêche, et de sucre.

MASSET commande une course du Curieux pour l’armateur DUCARNOY du 28 décembre 1810 au 12 mars 1811. Avec ce navire il prend -en collaboration avec d’autres corsaires, le Mary-Ann, le Mary, et l’Olympia. Après cette course, il commande le Hazard, monté par 20 hommes d’équipage, pour le compte de l’armateur Berthe.

 

La famille MORAS.

Quand j’aborde la famille MORAS, certains, versés en connaissance de l’Histoire des corsaires, et sachant leurs noms, s’offusqueront. Mais… un port, c’est une ville -encore aujourd’hui- qui s’offre au monde, une ville ouverte, qui offre des destinées particulières. Le père MORAS, ainsi que trois de ses quatre fils, sont devenus Chirurgiens de Marine, et ont parfois fait la course.

Le père donc, Louis-Augustin MORAS, naît en 1731 à Salins, en Franche-Comté. Il se fixe à Boulogne en 1751. Sans diplôme, il se lance dans la carrière. Ses maîtres sont DAUNOU, et SOUQUET. Après avoir travaillé avec eux, il est nommé Maître en Chirurgie, et devient Chirurgien-Major de l’Hôpital Royal et Militaire de Saint-Louis( dans la basse-ville, il s’agit bien de l’Hôpital Saint-Louis dont se souviennent de nombreux habitants du bassin, dont le porche d’entrée, classé, a été conservé après le destruction de l’édifice ). En tant que chirurgien de Marine, il commence à embarquer sur des corsaires, comme chirurgien naviguant.
Le 20 novembre 1759, Louis-Augustin MORAS se marie avec une Boulonnaise, Marie-Jeanne Françoise LEFEBVRE, en l’église Saint-Nicolas. De leur union, vont naître deux filles et quatre garçons. Ceux-ci deviendront tous chirurgiens, et feront carrière à la mer. Louis Augustin MORAS décède le premier octobre 1781, après une vie boulonnaise de trente années.

Jean-Louis Augustin, l’aîné de ses fils, voit le jour le 12 juillet 1765, à Boulogne. Il entre en apprentissage à l’Hôpital Militaire de Saint-Louis où son père sert encore pour peu de temps, en 1780. Il y fait d’excellentes études avec le savant Pierre DAUNOU( qui deviendra membre de l’Institut ), et suit les cours de Sciences Médicales et d’Anatomie de DAUNOU Père.
Il est second-chirurgien sur le corsaire La Comtesse de Maurepas, un corsaire boulonnais commandé par CASTAGNIER, et armé pour la guerre d’Amérique. Sur le bateau, le premier chirurgien est Jean DURAND, tant marin que praticien chevronné.
Jean-Louis a donc été formé avec les corsaires boulonnais, et cette rude école lui permet d’embarquer en 1782 sur Le Fidèle, navire de l’État, à BREST. Toujours second-chirurgien à ce moment, sa carrière dans la Royale va lui permettre d’obtenir tous ses grade. Qu’on en juge : jusqu’en 1790, il va participer à sept campagnes, sur les Côtes de France, sur celles des Indes, de Madagascar, d’Afrique, des Îles du Vent, des Îles sous le Vent, de Saint-Pétersbourg, et enfin de Copenhague.
Il n’oublie cependant pas, entre ses aventures militaires, de suivre les Cours de la Faculté de Médecine de MONTPELLIER. Il y sera reçu Docteur en 1789…
Le 19 juillet 1791, il rejoint la Société de Médecine de Paris. Le premier janvier 1793, il est nommé Médecin de la Marine. Il continue toujours de suivre les cours de l’École de Médecine Pratique de BREST pendant ce temps… et le voila détaché à l’Armée des Alpes en 1793. Il est ensuite nommé Médecin à l’Armée de Saint-DOMINGUE( en septembre, et il gardera la fonction jusqu’en 1795 ). Puis, le voila Médecin-Chef aux Colonies, et encore nommé Médecin-Chef lors de l’expédition des Indes orientales.
Il écrira des notes, des mémoires, au cours de ses voyages, sur « les meilleurs traitements à employer dans les maladies graves de ces climats ».
Il est encore Officier de Santé à Saint-MALO du 25 Thermidor An III au 2 Nivôse An X, puis prend la fonction à ROCHEFORT du 3 Nivôse An X au 27 Frimaire An XII.
Il vit sa retraite à Saint-MALO, où il se consacre à servir dans les établissements de charité de la ville, à partir de 1804.
La mort l’entraîne en 1817, alors qu’il continue ces activités.

François MORAS vient au monde en 1867. Sa carrière fut brève. Il suit les mêmes études que Jean-Louis Augustin. Il se spécialise tout de même plus particulièrement dans la Chirurgie. Il commence sa carrière dans la Marine Royale en 1786, étant nommé Chirugien-Major sur La Perdrix. Puis, il sera aide-chirurgien sur l’Astrée, port d’attache BREST, jusqu’en 1790.
Alors qu’il navigue sur la rivière qui va à LONG-ISLAND, en compagnie de deux Officiers, l’embarcation malmenée par le courant et le vent chavire. François sauve l’un de ses camarades, puis est lui-même emmené par les flots, et se noie. La date de son décès nous est encore inconnue.

Bibliographie :  -Echec à NELSON -( Les Corsaires Boulonnais de la Révolution à l’Empire ). ABC2E

Webographie :   -http://www.descendants-capitainescorsaires.org   /res_recherche.php

-http://data.bnf.fr/12007694/tribunaux_de_prises/

-http://fournetmarcel.free.fr/corsaires.htm

-http://threedecks.org

A SUIVRE…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s