A TRAVERS LE TEMPS… LES CORSAIRES DE BOULOGNE… – Suite IX.

800px-Le_retour_des_corsaires_en_1806_-_Maurice_ORANGE

« Le retour des corsaires ». Tableau de Maurice ORANGE, propriété de l’État Français, en dépôt au musée de GRANVILLE.

Jean-Pierre LAIDET est connu pour avoir commandé en l’An II ( 1793 ) le Saint-Benoist, armé à Wissant par DESSURNES.

Les LANTONNE sont une vieille famille boulonnaise. Leurs ancêtres sont brasseurs. Mais le monde de la mer les attire. Ils arment d’abord, puis prennent enfin des parts dans la course. Au contact des patrons de marine, ils deviennent d’abord écoreurs, puis mareyeurs, avant de devenir navigants.
Pierre-Louis-François-Hercules LANTONNE est né à Boulogne le 24 octobre 1765. Le 22 mars 1791, il a épousé Marie-Jeanne FRESSON, sœur de Jean FRESSON, autre corsaire. Quand France et Angleterre entrent en guerre, il abandonne son poste de patron de pêche pour armer en course.
C’est en septembre 1795 que Pierre-Louis LANTONNE entreprend sa première course, aux commandes du Poisson Volant, petit chasse-marée de six pierriers, monté par vingt-cinq hommes d’équipage. Si les premières prises sont assez pauvres, la persévérance paie… un trois-mats anglais armé de six caronades en fait les frais ; il fait feu pour stopper la poursuite, mais est rattrapé, abordé, et pris après un combat sanglant. Son pavillon anglais amené, il rejoint le port de Boulogne, sous bonne escorte.
En Brumaire An V( novembre 1796 ), un sloop de 110 tonneaux est capturé par un corsaire français. Mais un Cutter britannique de 14 canons le reprend. Moins d’une heure après sa première capture, l’infortuné navire est pris par Pierre-Louis, qui l’amarine et le ramène, avec sa cargaison de bois de construction et de bière. Pas de seconde chance pour les matelots britanniques donc.
Peu de jours après ce succès, le Poisson Volant se trouve engagé par des batteries de terre anglaises, et est poursuivi par deux bateaux de la Navy. N’écoutant que son courage, Pierre-Louis saute avec quelques hommes dans la péniche de bord, et se dirige vers le plus proche des bateaux. Le petit groupe rejoint sa cible, l’aborde, s’y bat, et… y met le feu avant de rejoindre son esquif. L’ennemi abandonne la poursuite. Le lendemain sur sa route pour rentrer, le Poisson Volant s’empare du Tower, un Sloop chargé de grain et de farine.
Quelques belles prises vont encore émailler la carrière de Pierre-Louis LANTONNE… En coopération avec son beau-frère le Capitaine FRESSON, il prend un autre trois-mats, L’Espérance, puis encore quatre bateaux, le Castle, le Hoop, l’Éléonore, puis le Betty.
Le 29 Pluviôse An VI( 17 février 1798 ), il prend le commandement de La Rancune. C’est ensuite avec Le Vrai Décidé, qu’il commande à partir du 23 Brumaire An VII( 13 novembre 1798 ), qu’il prend le Henriette-Louise.
Pierre-Louis LANTONNE prend encore le commandement de L’Intrépide, pour l’armateur SANNIER-DUCROCQ, du 22 Nivôse au 09 Floréal An IX. Avec ses trois canons et ses quarante hommes d’équipage, il prend le John Casther( en coopération avec le Capitaine POLLET sur le Cygne ), et le Guernesey.
Notre corsaire se voit attribuer l’Ordre de la Lys le 14 novembre 1814.
Après la chute de l’Empire, Pierre-Louis a été nommé Enseigne Auxiliaire de la flottille, puis il devint Capitaine au long cours le 1er mars 1819. Admis aux invalides de la Marine le 1er janvier 1826, il meurt le 3 mai 1830, chez lui, au 16, rue du Havre à Boulogne-sur-mer. Il avait soixante-quatre ans.

Guillaume Denis Gabriel LASSALLE naît à Boulogne le 5 octobre 1784. Il se marie à Jacqueline LENNE le 17 septembre 1806. Patron du Roi de Rome, il fait de nombreuses prises en Manche. Puis, capturé par les Anglais, il est retenu sur un ponton du port de Deal. C’est là qu’il apprend la naissance de sa fille Adrienne.
Pour la connaître, il tue une sentinelle, et revêt son uniforme. Il vole un canot, et rentre au port à force de rames, seul.
Il reprend très vite la course, et en 1809 il est le patron du Bon Marcel -16 canons, 60 hommes d’équipage, de l’armateur Versial. En 1810, au commandement du Roi de Rome, il prend la Bengta Catherina, en coopération avec Le Curieux du Capitaine Pérard.
Il décède chez lui, rue du Havre, à l’âge de quarante ans… le 22 août 1824.

Jean Marie LEBEAU est un corsaire malchanceux, dont les données sont rares relativement au bassin boulonnais. Il fait deux campagnes. Une sur La Levrette, armement TIESSET / MOLEUX-CROUY du 25 Vendémiaire au 14 Brumaire An VI( 16 octobre au 4 novembre 1797 ), et l’autre sur Le Drôle pour le même armateur, du 3 au 22 Messidor An VI( du 21 juin au 10 juillet ). Il ne fait malheureusement aucune prise lors de ces deux courses.

Toussaint-Denis LEBEAU naît à Boulogne le 31 octobre 1774. Il se marie à Josèphe LECUIER le 11 Pluviôse An VI( 30 janvier 1798 ). Parmi ses témoins figure son père Nicolas LEBEAU, qui fait métier de « Batelier des forts ».
Il commande d’abord le Furet n°1 en Fructidor An V( août-septembre 1797 ), puis est Lieutenant sur L’Enjôleur du Capitaine FOURMENTIN en l’an VI. Il obtiendra le commandement de ce navire quand son Capitaine changera de bateau, le 18 Frimaire( 9 octobre ).
Il commande ensuite le Tippo Saïb, 40 tonneaux, 6 canons, 4 pierriers, 50 hommes d’équipage. Avec ce navire, il prendra le Trois Frères, en coopération avec le Huit Frères du Capitaine FAUQUEUX. Il combattra encore un Cutter pour aller prendre l’Ayr, avec Le Furet du Capitaine CORNU.
Il commande Le Capricieux du 22 Vendémiaire au 4 Nivôse An VIII, pour les armateurs J.B. BAUDELOCQUE, SANNIER-DUCROCQ et Jean TRUDIN. Avec ses 6 canons, 4 pierriers et 60 hommes d’équipage, il prend le Zéphir, vendu pour 86 099 Francs.
Comme le précise un jugement du sur les registres d’Etat-Civil de Boulogne-sur-mer, « Le nommé Toussaint-Denis Lebeau, capitaine du corsaire « Le Capricieux » est mort à la mer le 18 Brumaire An IX, ce corsaire s’étant perdu corps et biens ainsi qu’il appert de l’apostille mise en marge de son nom sur le matricule déposé en ce bureau.Le 14 septembre 1825. », nul ne pourra jamais se recueillir sur la tombe de ce corsaire…

Bibliographie : -Echec à NELSON -( Les Corsaires Boulonnais de la Révolution à l’Empire ). ABC2E

Webographie : -http://www.descendants-capitainescorsaires.org/res_recherche.php

-http://data.bnf.fr/12007694/tribunaux_de_prises/

-http://fournetmarcel.free.fr/corsaires.htm

-http://threedecks.org

A SUIVRE…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s