La Gare Maritime de BOULOGNE-sur-mer.

salle d'attente de la gare maritime

salle d’attente de la gare maritime

De vieille mémoire, il y a eu des bateaux trans-manches à Boulogne, avant que ce trafic ne disparaisse petit à petit, avant d’être enfin effacé brutalement au cours de ces dernières décennies. Les transbordements trans-manches existaient déjà sous l’Ancien Régime, de façon assez discrète, et une première augmentation des mouvements devait avoir lieu sous la République, mais… foin des chiffres anciens. Ils ne sont que mémoire d’un passé lointain. Intéressons-nous si vous le voulez bien, au passé récent.

S’il est vrai que la ligne régulière BOULOGNE-FOLKESTONE fut ouverte le premier Août 1 843, à l’époque, les bateaux provenant ou revenant d’Angleterre accostaient rive droite, à l’emplacement actuel du Quai des Paquebots, dans le prolongement du Quai GAMBETTA. C’est en 1 875 qu’eut lieu le transfert du transit passager sur la rive gauche, à proximité du quartier de CAPECURE, sur le Quai CHANZY.
L’augmentation des effectifs et des tonnages transportés nécessitèrent alors l’ouverture d’une gare maritime à BOULOGNE.

C’est à celle-ci que nous allons nous intéresser.

photo du port-la salle d'attente

photo aérienne du port dans la salle d’attente

Son chantier commença donc en 1 875, et c’est le 23 Avril 1 877 qu’était inaugurée la première gare maritime à BOULOGNE. La livraison du chantier avait été retardée par un incendie alors que celui-ci était presque terminé, en Janvier 1 876… Néanmoins, le trafic s’établit, plus ou moins régulièrement.

C’est en 1 885 que les travaux d’approfondissement du port permirent enfin de réguler les voyages. Les bateaux arrivaient et partaient dès lors à heures fixes. En 1 889, grâce à de nouveaux travaux effectués sur les digues, BOULOGNE devint port d’escale transatlantique. Plus rien de nouveau n’arriverait à la gare maritime, jusqu’en… 1 905, année qui la vit s’embraser. Son bâtiment principal fut réparé et modernisé une première fois la même année. Et puis, petit à petit, l’infrastructure a été améliorée et agrandie jusqu’en 1 929. C’est d’ailleurs durant cette période, en 1 912, que l’éperon qui porte le Quai CHANZY, et la Gare Maritime, fut aménagé, permettant de développer le transit.

Durant le proche avant-guerre, grâce à la longue période d’aménagement de son port, BOULOGNE devint le second port français de voyageurs. Seul MARSEILLE, semblait faire la course en tête( la Gare Maritime boulonnaise vit tout de même passer entre ses murs 560 000 personnes en 1 938 par exemple ).

Puis vint la guerre… le port fut terriblement touché, et tout trafic trans-manche régulier fut interrompu. D’ailleurs, la tête n’était pas aux voyages en ce temps-la… d’un côté de la MANCHE comme de l’autre, il fallait rester chez soi, et retrousser ses manches afin de réhabiliter le territoire… et ce n’est qu’en juillet 1 947 que fut rétabli le trafic, via un bâtiment provisoire, au même emplacement.

Ce n’est qu’en Juin 1 952 que fut inaugurée la nouvelle structure de la Gare Maritime, dont les architectes André LACOSTE et Georges POPESCO ont dessiné les plans très modernes. Ces deux techniciens qui avaient déjà été les créateurs du Phare du Gris-Nez se sont révélés artistes pour leur nouvelle construction. Elle fut marquée par le soucis de l’optimisation logistique, en associant un terminal portuaire à une gare ferroviaire… la construction en béton armé -partiellement préfabriquée, comprenait une salle des pas perdus, qui annonçait la proximité des services de la Douane. Un restaurant était installé à l’étage.

Salle de la gare maritime.

Salle de la gare maritime. Triste poussière…

Les progrès apportés durant la guerre en termes de gestion de fret, de transit, de transbordement de personnes… furent mis en exergue, et permirent un développement constant du volume de trafic, en procédant à des aménagements secondaires.
L’embarquement des véhicules à partir de l’éperon se fit directement sur les bateaux à partir de cette époque. Plus besoin de grues, et de temps étiré… Un parking permettait l’embarquement des véhicules, tandis que ceux débarquant passaient sur la plateforme supérieure. Ce

Passerelle Ro-Ro à l'extrêmité de l'éperon.

Passerelle Ro-Ro à l’extrémité de l’éperon.

dispositif allait être amélioré encore plus tard…
Car en 1 984, alors que le port traitait plus de 4 000 000 de passagers à l’année, le Poste 13 fut transformé… pour laisser place à une passerelle Ro-Ro( Roll-On / Roll Off : Embarquement / Débarquement simultanés ). De nouvelles classes de Ferries purent dès lors accoster là. Des bateaux plus grands, plus puissants.

Un pêcheur longe le Quai CHANZY.

Un pêcheur longe le Quai CHANZY.

Les années quatre-vingt furent celles du déclin pour cette belle structure. Plusieurs fois, ce bâtiment esthétique fut réaménagé, remanié… si on se rappelle dans les chroniques de l’agglomération que c’est alors que les compagnies SEALINK et P & O quittèrent le port l’une après l’autre, les voyageurs de tous horizons qui sont passés par là savent aussi que TOWNSEND-THORESEN et NORMANDY FERRIES disparurent également de l’endroit… les yeux des Boulonnais et de leurs voisins et amis s’étaient tellement habitués à les voir, chaque jour… chaque nuit…
Bien que le trafic ait été repris par intermittence entre 2 004 et 2 010( c’est un comble ! ), bien que le port de BOULOGNE soit utilisé comme port de délestage( c’est un autre comble, bien plus malheureux ! )lorsque des mouvements sociaux bloquent le port de CALAIS… un Hub Port fut construit en 2 010, pour la rondelette somme de 48 000 000 d’Euros… là, sur la darse SARRAZ BOURNET… Il n’est toujours pas utilisé… depuis, il est certain que la Gare Maritime de BOULOGNE-sur-mer ne reverra plus de bateaux.

Je suis dans la gare. Elle est déserte. Je m’y promène. Je me souviens de cette foule… Et j’entends la dame qui n’est pas loin de moi dire à son guide, mi-tristesse, mi-révolte : « -C’qu’elle est belle ! Mais qu’elle est devenue triste et sale ! J’y ai bossé, moi. On était une vraie foule à bosser ici. Tous ces gens qui travaillaient là, qu’est-ce qu’ils vont faire, leurs gosses ? Qu’est-ce qu’ils font, maintenant ? »…

J’ai retenu ses mots… je me les répète. Et avec elle, je me le demande. Et pourtant… comme elle était belle, la Gare Maritime !
Bibliographie :                             -Boulogne sur mer – Michel DUMINY – Ed. De la Librairie Duminy ;
-Petite histoire de la gare maritime et du trans-manche – Ville de                                                        Boulogne-sur-mer
Sources :                                      -Souvenirs personnels, souvenirs de personnes habituées du lieu.
-Office de Tourisme de la ville de Boulogne-sur-mer.
Webographie :                             -https://en.m.wikipedia.org/wiki/Gare_de_Boulogne-Maritime

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s