A travers le temps… les Corsaires de Boulogne – Suite 2.

Le retour des corsaires en 1806 Maurice ORANGE

Le retour des corsaires en 1806 Maurice ORANGE

Pierre François Robert CARY est le frère de Pierre. Il naît le 12 janvier 1762. C’est le 19 octobre 1788 qu’il se marie avec Marie-Anne LASALLE.
C’est pendant la Guerre d’Amérique qu’il fait ses premières armes, sur L’Hirondelle, dans la région de CAYENNE. Revenu en métropole, il commande une canonnière, La Surprise, pendant trois ans. Avec La Méchante, puis La Brutale, il livrera des combats contre de grosses unités anglaises de DIEPPE à DUNKERQUE. Il escortera aussi durant ce temps des convois, et se verra applaudi en rentrant au port de BOULOGNE, victorieux plusieurs fois de la croisière anglaise. Il abandonne le commandement des canonnières, et passe sur Lougre. Alors que l’Unité est son bateau, il est attaqué un jour par le Swan, Cutter qui lui est supérieur. Résolu à sauver son bateau et son équipage, il fait passer à l’abordage. Le combat va durer une heure. Et, avec l’aide de son second, DUCHENNE, il s’empare de ce navire anglais.
Peu de temps après, il ramène la Dorothée au port. Cette prise s’est défendue, le navire de CARY a environ un bon mètre( 3 pieds et demi )d’eau dans la cale, toutes ses voiles sont criblées, et plusieurs de ses Hommes ont été tués ou blessés. Qu’à cela ne tienne…
… La course continue. Toujours Commandant de l’Unité, armée par MOLEUX-CROUY et Alexis DAUCHY, et en coopération avec Le Rusé de Jacques-Oudard FOURMENTIN, il prend l’Anna, La Résolution, l’Aventure et le Cambria en l’An V( 1796 / 1797 ). L’Histoire retient que comme de nombreux corsaires boulonnais, Pierre a de nombreux sauvetages à son actif. Surnommé « le tombeur d’Anglais« , il est de ceux qui reçoivent la Légion d’Honneur au camp de Boulogne en 1804( décret de promotion en date du 28 Messidor An XII( 17 juillet 1804 ) ).
Pierre est nommé Capitaine de Port à BOULOGNE en l’An XII( 1803 ). Il occupera cette fonction jusqu’au 13 mars 1810, jour de son décès. L’ont accompagné dans ses derniers jours son frère Charles, et son ami Antoine DUCHENNE.

CASTELEYN est par ailleurs signalé comme « négociant » à Dunkerque. Sa carrière de corsaire boulonnais semble avoir été très courte, puisqu’il n’est remarqué qu’en février 1793. Il commande au cours de cette année-la Le Maraudeur, petit navire de course de 10 tonneaux, armé par DUCARNOY.

Antoine CAUDRON a été Officier de la Royale ; quand il se marie le 13 Frimaire An III( 03 décembre 1794 )à Jeanne-Catherine PELLERAND, il a 32 ans. Elle en a 30. Il commande Le Républicain( 20 tonneaux, armateur FONTAINE fils )en 1793. Alors qu’il commande Le Diable volant( armateurs Louis FONTAINE & GALLET )le 27 Friamire An V( 17 décembre An V ), en se rapprochant de la côte anglaise il chasse un Brick. Arrivé à portée de voix, il somme La Bonne Samaritaine de stopper sa route. Celui-ci réplique par une bordée de canon. Poursuite. Canonnade. Abordage. Le tout est réglé en une heure. L’équipage corsaire qui monte sur le navire anglais a la surprise de trouver ses ennemis réfugiés dans les soupentes ! -Le vaisseau amariné est emmené en prise, et l’équipage est prisonnier. Souvent c’était ainsi que se scellait le destin des prisonniers de corsaires : -Être rançonnés, ou échangés.

Jean-Baptiste CAVEZ a trois campagnes de course à son actif… il commande Le Républicain en l’An VIII. Avec ce bateau, il prend le William, port d’attache à RYE. Le premier Frimaire de cette année, il est fait prisonnier par les marins anglais. Bien vite libéré, il reprend la mer sur Le Furet, armateur GRISET, du 02 avril au 15 juin 1801.

CLEMENT ne termine qu’une course, sur le Lion n°3( Capitaine DELPIERRE ), à bord duquel il est du premier juin au premier novembre 1813. Lors de cet épisode, il participera à la prise de l’Olive Branch, et du Ann. Après cette course, les Anglais le capturent et l’emprisonnent.
Bibliographie : -Échec à NELSON -( Les Corsaires Boulonnais de la Révolution à l’Empire ). ABC2E

Webographie : -http://www.descendants-capitainescorsaires.org/res_recherche.php

-http://data.bnf.fr/12007694/tribunaux_de_prises/

-http://fournetmarcel.free.fr/corsaires.htm

A SUIVRE…

Publicités

Une réflexion sur “A travers le temps… les Corsaires de Boulogne – Suite 2.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s