Bonne tournée, les Fragueules ! Et merci pour ce que vous faites, et ce que vous êtes !

C'est parti pour la tournée d'été !

C’est parti pour la tournée d’été !

Les Fragueules ? On les a rencontrés et on peut vous dire qu’on a encore plus envie de les voir en concert, parce qu’on a bien compris que leur générosité et leur simplicité ne sont pas du marketing. Ce sont de vrais gens et des gens vrais, quoi ! On aime.

Avant de partir en tournée d’été, ils nous ont invités au Café de la Place, à Manihen, leur QG, où on boit une excellente Cuvée des Troll. Et c’était drôlement bien. On a parlé avec Will et Christophe surtout. Pas parce que les autres nous ont fait la gueule (ils sont tous super sympas) ou qu’ils n’étaient pas beaux (ils sont tous super beaux et belles !). Mais parce que ça s’est fait comme ça. On leur laisse la parole.

Will

Will

« On est des gens comme les autres, on est simples et abordables. »

Will, le batteur du groupe, insiste bien sur le fait que les Fragueules sont des gens comme les autres. Mais on n’est pas tout à fait d’accord, en fait… Parce que ce qui caractérise le groupe, c’est que chacun de ses membres est très engagé pour les autres, dans sa vie professionnelle ou personnelle, et aussi dans leur vie artistique. C’est surtout de ça dont on a parlé, parce que c’est ce qui forge leur identité.

Will : « Chez nous, il y a deux pompiers (Will et Christophe), un pompier volontaire qui travaille chez Valéo aussi (Jean-Claude), une professeure des écoles (Céline), un responsable de l’insertion professionnelle au Conseil Général (Guillaume), un chef d’entreprise (Alex), un demandeur d’emploi (Baptiste). Et puis Lionel, qui est notre photographe, et Hélène, qui s’occupe du marketing. On est des amateurs, et on veut le rester, parce qu’on ne fait pas de musique pour le pognon. C’est le prix de l’indépendance. On s’auto-produit, même si l’été, en tournée, on se sent un peu comme des musiciens pro. »

Départ pour la tournée !

« On se DOIT  de faire plaisir !»

Et la solidarité, ils connaissent, les Fragueules, parce que l’hiver, c’est aussi pour des associations qu’ils jouent , à titre bénévole.

Will : «Nos critères pour ces concerts d’hiver ? La proximité, l’action locale… La cause surtout. Par exemple, cet hiver ? On a participé à l’opération « Les Rockeurs ont du Cœur ».

Et puis, pour la seconde année, on a donné un concert pour « Le Noël de Martin », une asso de Capelle-Les-Hesdin. C’est une cause qui nous a beaucoup touchés, c’est un petit garçon atteint d’une maladie qui nécessite des soins coûteux. Et on avait envie d’être là pour lui et ses parents. L’an dernier, on s’est dit : Allez, on y va ! C’était au théâtre de Montreuil. Voir le gamin heureux, c’était magique. On est restés en contact et on est revenus cette année. Et on ira la troisième année aussi, si on nous appelle ! »

Au QG, le Café de la Place de Manihen.

Au QG, le Café de la Place de Manihen.

« Le Boulonnais ? La Côte d’Opale ? On est de pure souche. On peut s’exporter un jour, pour des raisons professionnelles, parce qu’on ne sait pas de quoi la vie est faite, mais on y est profondément attachés. Tout à l’heure, c’est ce que je me disais, sur la plage du Portel, avec mes gosses. Les petites vagues sur la mer, et un gros nuage noir en arrière-plan… » , nous dit Will, le regard dans les nuages…

Parce que ce sont des enfants d’ici, les Fragueules. Et qui ne sont pas très heureux de voir la ville décliner…

Will : « Quand on voit les potes galérer, on n’aime pas… Et on avait un local à Capécure, et on a bien vu que tout se détruit. Je le vois aussi au niveau du boulot. Même s’il se fait des choses bien, à Boulogne : Les jeux pour les gosses, sur la plage, c’est génial, il y a une vraie mixité sociale. Ils s’initient à la voile, au jet-ski… »

Christophe : « Boulogne, c’est une ville pauvre ? Oui, mais avec le côté nordiste où tout le monde est sympa. C’est chez moi. J’ai grandi au Chemin Vert, et c’est un super quartier. Le marché Place Vignon, c’est autre chose qu’en centre-ville. Notre accent ? C’est notre accent et voilà ! On l’aime bien, notre accent. L’accent du Sud est chantant ? Le nôtre aussi. Même à Biscarosse, l’an passé, quand on est arrivé au camping, avant le concert, j’ai juste prononcé deux mots « Bonjour Monsieur », et on m’a répondu « Ah, vous êtes nordistes ? »… Et puis, on nous le dit, ici comme ailleurs :  Votre accent, ça nous fait du bien ! ».

Les Fragueules 4

« Amuser les gens, ce n’est pas gagner la guerre, mais c’est déjà une victoire ».

Et quand on leur demande comment, eux, musicos, ils peuvent apporter quelque chose, le propos est très clair. Christophe nous répond :

Christophe : « On ne fait pas de politique, on n’a pas de textes engagés. Mais on est là pour donner de l’énergie aux gens, et nos concerts, c’est la fête. C’est la fête AVEC les gens, avec le public. C’est tout ce qui compte pour nous, mais on croit que c’est déjà beaucoup. Et ça ne nous empêche pas de parler de choses sérieuses, comme dans notre chanson Clodo. On ne se moque pas. On le sait, et on les côtoie par le boulot, ce sont des gens comme nous, mais avec un parcours qui a cassé quelque chose.
Amuser les gens, ce n’est pas gagner la guerre, mais c’est déjà une victoire ! Et nous, on n’a pas les contraintes des pros, on peut s’amuser.
On ne crache pas sur l’argent, parce que ça nous permet d’acheter du matos, de nous déplacer, et de nous faire un resto tous ensemble. Mais ce n’est pas ce qui nous motive.
L’influence des Marcel ? Évidemment qu’elle est là. Mais on n’imite personne. C’est une tradition bien ancrée dans le Nord de se déguiser pour les concerts et de faire la fête sur scène, et de faire la fête tout court. Alors, notre identité, on ne l’a pas usurpée. Mais à Rock en Stock, jouer entre Les Fatals Picards et les Marcel, ça a été un grand moment !»

« Notre formation musicale ? Ca dépend ! Ce qui compte, c’est notre musicalité et notre générosité. »

Et c’est normal. Parce que c’est avant tout un groupe de potes, les Fragueules.

Will : « Chez nous, il y a des autodidactes. Comme moi. J’étais fasciné par la batterie, et puis je me suis lancé ! Alex, à la trompette est aussi autodidacte. D’autres ont fait le conservatoire, ou ont commencé dans une harmonie. Et Baptiste, c’est un peu l’homme-orchestre du groupe.

Cette année, on est intervenus à l’école Jean Jaurès d’Outreau. Le but, c’était de montrer aux enfants qu’on peut faire de la musique sans forcément avoir de formation musicale. Ce qui compte, c’est notre musicalité, et notre générosité. Ils ont choisi les chansons, et on a préparé avec eux le spectacle de fin d’année. »

Christophe : « Il n’y a personne dans le groupe qu’on a pris pour sa maîtrise de l’instrument et qu’on n’aimait pas. Ce n’est pas notre genre. »

8

La tournée de cet été, alors ?

(Parce que c’est un peu pour ça qu’on est venus, à la base, quand même!)

Will : « On va faire 100 bornes par jour, en descendant vers le Sud, sur 7 dates. C’est une association implantée à Oléron qui gère : La Fédération Française de Son. Comme l’an passé, on va jouer sur les plages, à Biscarosse, par exemple, devant 5000 personnes. »

Christophe : « Et on arrive à créer l’atmosphère de fête qu’on aime. On dit aux gens : « Vous êtes en vacances ! Lâchez-vous ! » Et 9 fois sur 10, ça prend ! »

Les Fragueules, on vous souhaite la meilleure tournée possible, beaucoup de succès, et on a été très heureux de vous rencontrer, parce que si vous n’existiez pas à Boulogne, on pense qu’il faudrait vous inventer. A bientôt !

SONY DSC

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s