Actu ! Des quotas et des hommes…

Petits chalutiers

Depuis lundi 15 juin à 17h, les pêcheurs de Boulogne bloquent le port de plaisance, et annoncent, leur intention de poursuivre le blocage, pendant 48h. Ils organisent aujourd’hui, mardi 16 juin, un barbecue géant sur les marches du théâtre Monsigny. 
En cause, toujours, la politique des quotas de pêche, qui, à défaut de permettre une réelle gestion durable des ressources halieutiques, fait de nos pêcheurs eux-même une catégorie en voie de disparition. Cette fois, c’est une baisse de 16% du quota de la sole qui motive leur colère…

Alors que se déroulent à Boulogne les Assises de la Pêche et des Produits de la Mer, la situation des petits fileyeurs de Boulogne est plus que jamais précaire.
Si les chalutiers industriels et les navires-usines trouvent leur compte dans la politique des quotas de pêche, les travailleurs des petits bateaux souffrent toujours plus.

Le prétexte de la conservation des espèces ne tient pas, lorsqu’on observe la surpêche pratiquée par les plus gros bateaux.
Et bien au contraire, comme le soulignent toutes les ONG de sauvegarde des milieux marins, et notamment Greenpeace, ce sont les pêcheurs artisanaux qui doivent constituer le maillon fort d’une vraie politique de développement durable. 

« Il y a quinze ans, on nous a interdit de pêcher le hareng. Aujourd’hui il y en a une concentration phénoménale de Berck à Gris-Nez mais nous n’obtenons pas d’augmentation des quotas. »  Vincent Wacogne, patron armateur du Maria-Magdalena, Le Parisien, 10/04/2012.

Les amendes sont lourdes, et le contrôle très strict, tant au plan des maillages des chaluts, que dans la comptabilité des espèces débarquées. Personne n’est exempté des préoccupations écologiques, et en effet, la préservation de certaines espèces se fait à ce prix…
Mais ce contrôle s’exerce-t-il avec autant de détermination pour les gros bateaux hollandais, accusés de piller les zones de pêche habituelles des marins boulonnais ?
D’autant plus que 400 000 tonnes de quotas alloués à la France restent inutilisés faute de moyens pour les exploiter…Les espèces de saison ne permettent pas la survie des petits bateaux, le prix du gasoil, même s’il a baissé et se stabilise, a entraîné une réduction drastique des équipages, au cours de ces dernières années.

Célébrer les profits d’un marché de 7 milliards d’euros aux Assises de la Pêche et des Produits de la Mer, « secteur d’excellence », n’arrange pas la situation de nos pêcheurs en voie de disparition… ni celle des salariés de Findus, menacés de licenciement, à Boulogne !

Conscient de la nécessité de mettre en oeuvre une politique efficace de gestion des ressources, nous n’en soutenons pas moins les pêcheurs de Boulogne, qui paient très cher le prix d’une course au profit, sous couvert d’écologie. 

Ici, la fiche thématique de Greenpeace, consacrée à la surpêche.

« Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, la surpêche est une activité tout à fait légale. Elle est autorisée, en toute conscience, par les organisations internationales de gestion des pêches.
Elle fait le bonheur de la pêche industrielle et de ses moyens surdimensionnés qui épuisent les fonds marins. »  Source Greenpeace France.

Publicités

2 réflexions sur “Actu ! Des quotas et des hommes…

  1. Il est vrai qu’une Politique des Quotas est nécessaire. Mais le cas du Hareng le démontre, ces quotas ne sont pas très flexibles ni évolutifs, au point qu’ils desservent autant certaines espèces qui mériteraient d’être mieux protégées, que les Hommes qui vivent de la mer, sans chercher à la vider. Raisonnablement. Il y a nécessité que les pouvoirs publics, tant français qu’européens, prennent enfin conscience que leur travail est important, et qu’il est nécessaire qu’ils le fassent. Pas qu’ils dorment dessus. Au prix de leur travail fait correctement, la pêche tant que le Poisson et les pêcheurs seront sauvés.

    Aimé par 1 personne

    • Il semblerait qu’ils travaillent plutôt dans le sens d’un renforcement de la pêche industrielle… En négligeant le rôle des pêcheurs « traditionnels » dans la mise en place d’une politique cohérente… Et pourtant, eux aussi aiment la mer et ils en vivent.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s