Henri II, le roi qui racheta Boulogne 400 000 écus d’or.

Henri II

A l’ombre des remparts, le buste d’Henri II, sculpté par Pierre-Jean David d’Angers (1788-1856)

En l’an 1544, Boulogne subit l’un de ses sièges les plus pénibles de son histoire.

Les troupes du roi d’Angleterre, Henri VIII, qui n’a pas renoncé aux possessions continentales du temps des Plantagenêts, bombardent sans relâche la ville.

Et de fait, Boulogne assiégée tombe sous le joug de la domination anglaise, qui dure six longues années…

En ce milieu de XVIème siècle, la Guerre de Cent Ans est officiellement terminée, depuis longtemps semble-t-il… Mais, le roi d’Angleterre, Henri VIII rêve toujours de reprendre à la France les provinces que ses prédécesseurs y possédaient : La Guyenne, la Normandie, et le Ponthieu…
Au regret de ces pertes s’ajoute le soutien affirmé du roi de France, François Ier, à Jacques V d’Ecosse. Et les tensions religieuses sont aussi de la partie, puisque Henri VIII vient de rompre avec Rome pour se proclamer chef de l’Eglise Anglicane, ce qui lui vaut les foudres de tous les rois catholiques d’Europe.

Henri VIII par Hans Holbein le Jeune en 1542.

Tandis que le duc du Norfolk met le siège devant Montreuil, celui du Suffolk, Charles Brandon, assiège Boulogne, avec 16 000 hommes. Inlassablement, pendant des semaines, et sous l’œil d’Henri VIII, qui a pris la direction du siège, les Anglais bombardent la ville haute, après avoir détruit une grande partie des faubourgs, et notamment la maladrerie de la Madeleine.

Les remparts finissent par céder sous les bombardements, mais le château, réputé imprenable, résiste encore, sous le commandement de Jacques de Coucy-Vervins, gouverneur militaire de la ville.et c’est par la sape des fondations que les Anglais parviennent à leurs fins. Au terme d’un terrible siège de soixante jours, Coucy doit accepter la reddition, en ce jour funeste du 13 septembre 1544.

Henri, fils de François Ier, encore Dauphin de France, vole au secours de Montreuil et parvient à faire plier Norfolk, qui lève le siège. Quant à Boulogne, Henri VIII a ordonné à ses ducs de la tenir par tous les moyens possibles… Le Dauphin se rue alors sur Calais, et encercle les troupes anglaises, puis se retourne contre Boulogne occupée. L’assaut est presque décisif, le 3 octobre 1545, mais échoue…

Et désormais, principalement parce que la guerre coûte très cher, toutes les tentatives du futur Henri II demeurent infructueuses, malgré le soutien de l’Empereur Charles Quint, avec qui une paix séparée a été signée  le 1er septembre 1544…  Pire… Les troupes franco-piémontaises du prince de France, livrées à elle-mêmes et non soldées depuis longtemps, se livrent à des pillages insupportables, dans toute la région de Calais et Boulogne !

Boulogne 1549

Henri VIII d’Angleterre, qui craignait de lourdes représailles, sous la forme d’une tentative d’invasion française sur les côtes anglaises se rassure : ll est plutôt question, déjà, de racheter la ville. Par le Traité d’Ardres, le 7 juin 1546, François Ier tente ainsi de récupérer Boulogne. Mais il n’est pas appliqué. La ville, pour les Anglais, est une caution pour la dette que lui doit la France, depuis bien longtemps.

Sacré à Rems en juillet 1547, le Dauphin Henri est devenu Henri II, et n’a pas abandonné la partie. En 1548, Il déclare la guerre à l’Angleterre, de nouveau ! Désormais, il est face au successeur d’Henri VIII, Edouard VI.

François Clouet., Marie Stuart, vers 1549-1550, pierre noire et sanguine, coll. privée. Image courtesy of Sotheby’s.

Une fois de plus, au cœur de ce nouveau conflit, on trouve la Auld Alliance, qui scelle un pacte solide entre les royaumes de France et d’Ecosse… et une petite reine âgée de 5 ans, qui a dû fuir son royaume pour se réfugier en France : Marie Stuart, reine d’Ecosse, que le roi d’Angleterre doit épouser, en vertu du traité de Greenwich en 1543, conclu alors qu’il avait 5 ans, et la petite princesse écossaise 7 mois… et on se doute bien que ce n’est guère pour les beaux yeux de Marie… Henri II accueille donc la fugitive à la cour, et la promet à son propre fils, le Dauphin François.

En 1549 et 1550, Henri II, une couronne sur le heaume, cette fois, se retrouve une fois de plus devant Boulogne… Et la campagne commence par des victoires ! Le 26 août, c’est Ambleteuse, poste avancé anglais, qui est repris,puis le fort de Blackness, au Cap Gris-Nez, puis le 29, Hardinghen, et le 1er septembre, le fort du Mont-Lambert, et le 2, Wimille ! Échaudés, les Anglais tentent de négocier, mais Henri refuse, organisant un strict blocus de Boulogne, sur terre comme sur mer. Par deux fois, Henri refuse les offres de négociations d’Edouard !
Mais, devant les conditions climatiques désastreuses, et parce que les troupes françaises sont également engagées en Ecosse, le roi de France finit par signer le Traité d’Outreau (Ou de Boulogne, ou de Capécure dans certaines versions), le 24 mars 1550.

Contre 400 000 écus d’or, la première moitié versée immédiatement et la seconde au 15 août 1550, Boulogne, après six ans d’occupation anglaise, retrouve sa place dans le Royaume de France ! Le 25 avril, le gouverneur anglais remet les clefs de la cité aux Français.
Et, par le même traité, le roi Henri II impose également, pour un temps seulement, sa domination indirecte sur l’Ecosse…

Pour aller plus loin : Ivan Cloulas, Henri II, Fayard, 1985, p. 167-170, 185-188 et 263-271.

Publicités

2 réflexions sur “Henri II, le roi qui racheta Boulogne 400 000 écus d’or.

  1. Bel article, bien rédigé, concernant une des périodes les plus troubles de l’Histoire du Boulonnais. Peut-on dire que les habitants de ce coin de France sont tout autant anglophobes qu’ils sont anglophiles ? Je le pense.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s