It’s a long way to Tipperary, from Boulogne.

Tout le monde la connait, cette chanson ! Mais savez-vous qu’elle fut popularisée, dans le monde entier, le 13 août 1914, le jour où lé 2ème bataillon des Connaught Rangers, régiment irlandais de l’armée britannique, connu à la fois pour son indiscipline et pour ses prouesses, la chante en défilant à  Boulogne-sur-mer ? Pour accueillir les troupes britanniques, le maire, Félix Adam, a en effet organisé un défilé aux couleurs des deux nations, dont l’alliance a été scellée par l’Entente Cordiale, dix ans plus tôt…

Le 13 août 1914, l’Europe est en guerre depuis quelques jours, et personne ne sait encore qu’elle deviendra mondiale et changera la face du monde. Plutôt que d’enthousiasme, il faut bien parler de résignation, même si les bravades, dans les deux camps, se multiplient. « Nach Paris !« , peut-on lire sur les wagons des trains allemands qui transportent les troupes, tandis que les Français pensent être à Berlin en trois semaines.

C’est dans ce contexte que débarquent à Boulogne, en même temps qu’à Rouen, au Havre et à Dunkerque, les troupes de la British Expeditionary Force (BEF), sous le commandement de Sir John French, fondée juste après la Seconde Guerre des Boers,  en 1902, pour permettre au Royaume Uni de faciliter ses interventions outre-mer, dans son vaste empire. Ils sont 70 000 hommes en 1914, et seront au plus fort du conflit 1,6 millions à mesure que la guerre s’enlise dans la boue des tranchées…

guerre14VIP03

Arrivée du Field-Marshall French à Boulogne-sur-mer. Il fut remplacé en décembre 1915 par le Général Douglas Haig, à la tête de l’Expeditionary Force.

Mais ce jour d’août 1914, personne n’imagine encore le carnage à venir, et les troupes défilent, sous le regard du journaliste du Daily Mail, George Curnock, alors en vacances à Boulogne. C’est alors que le 2ème bataillon des Connaught Rangers entonnent « It’s a long way to Tipperary »… Une touriste de ses compatriotes lui demanda alors ce qu’ils chantaient…

« – Quel air chantent-ils donc ?
– Je ne sais pas… Sans doute un nouvel air de music-hall.
– Mais les paroles ?
– Madame, ils chantent “It’s a long way to Tipperary, it’s a long way to go” »

Et Curnock s’empresse d’envoyer un article au Daily, publié le 8 août 1914… La chanson fait le tour du monde.

Mais il n’est pas le seul témoin de cet événement ! Le journaliste de l’Echo de Paris, Georges Docquois, Boulonnais et petit-fils d’Irlandais, est présent lui aussi et écrit, dans son livre « Dans un port du Détroit. Boulogne-sur-Mer. Juillet-novembre 1914″, paru en 1915 : 

 » Jeudi 13 août. – […] je reviens, ce soir du camp de Saint-Martin et de celui de Malbrouck.
Tout à coup, de deux cents gosiers irlandais un chant grave monta. Nous pûmes nous croire dans quelque repli sacré de la verte Erin. Et nous fûmes secoués d’une sorte de frisson religieux… C’était comme une prière qui s’élevait vers le ciel d’un bleu foncé et tout poudroyant d’étoiles… Nulle brise ; et l’odeur de la terre parfumée de foin frais… « 

guerre14CAMPS04

Écrite quelques années plus tôt par Harry Williams et Jack Judge, célèbre duo d’auteurs, qui se déchirèrent d’ailleurs quant à la paternité de la fameuse chanson, restée longtemps au fond d’un tiroir sous le nom de « It’s a long way to Connemara,  elle fut chantée pour la première fois par une artiste de music-hall, Florrie Forde, pour une tournée sur l’île de Man.
Rien ne permettait de penser que la chanson allait connaître une telle popularité, mais elle se répand comme une traînée de poudre au sein des troupes de la British Expeditionary Force… C’est le capitaine Dryden qui raconta, des années plus tard à Curnock qu’il avait entendu cette chanson jouée à l’accordéon par un musicien de rue, à Galway… Rapidement, les Connaught Rangers, cantonnés à Tipperary depuis trois ans, en ont fait leur chant de prédilection.

Quelques semaines plus tard, les Irlandais se battent à Ypres… 2500 d’entre eux sont tués en France, en Belgique, en Allemagne, mais aussi en Bulgarie, en Grèce…  entre 1914 et 1918. Dès 1916, pendant la bataille de la Somme, le 6ème bataillon, notamment, débarqué au Havre en 1915, celui-là, essuie de lourdes pertes, avant de subir un anéantissement presque total, le 21 mars 1918, laissé seul devant les troupes allemandes, au cours leur offensive du printemps.

Mais la chanson est encore sur toutes les lèvres, quelques mois plus tard, lorsque l’Allemagne est contrainte de signer l’Armistice, le 11 novembre 1918.

Up to mighty London

Came an Irishman one day.

As the streets are paved with gold

Sure, everyone was gay,

Singing songs of Piccadilly, 

Strand and Leicester Square, 

Till Paddy got excited,

Then he shouted to them there:

                   *

It’s a long way to Tipperary,

It’s a long way to go.

It’s a long way to Tipperary

To the sweetest girl I know!

Goodbye, Piccadilly,

Farewell, Leicester Square!

It’s a long long way to Tipperary,

But my heart’s right there.

                  *

Paddy wrote a letter

To his Irish Molly-O,

Saying, « Should you not receive it,

Write and let me know! »

« If I make mistakes in spelling,

Molly, dear, » said he,

« Remember, it’s the pen that’s bad,

Don’t lay the blame on me!

                  *

It’s a long way to Tipperary,

It’s a long way to go.

It’s a long way to Tipperary

To the sweetest girl I know!

Goodbye, Piccadilly,

Farewell, Leicester Square!

It’s a long long way to Tipperary,

But my heart’s right there.

                   *

Molly wrote a neat reply

To Irish Paddy-O,

Saying « Mike Maloney

Wants to marry me, and so

Leave the Strand and Piccadilly

Or you’ll be to blame,

For love has fairly drove me silly:

Hoping you’re the same! »

                   *

It’s a long way to Tipperary,

It’s a long way to go.

It’s a long way to Tipperary

To the sweetest girl I know!

Goodbye, Piccadilly,

Farewell, Leicester Square!!

It’s a long long way to Tipperary,

But my heart’s right there.

Cimetière britannique de Terlincthun.

Cimetière britannique de Terlincthun.

Publicités

2 réflexions sur “It’s a long way to Tipperary, from Boulogne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s