Vidéo- Tous à la plage !!!

Dans les années 1820, on découvre les bienfaits de l’eau de mer… Et l’établissement de bains de mer froids de la ville de Boulogne est parmi les premiers inaugurés en France, avec celui de Dieppe. Dès 1825, le Palais de Neptune, conçu par l’architecte Giraux-Sannier, ouvre ses portes…

Née en Angleterre, sous l’impulsion, notamment, du docteur Charles Russel, qui écrit un ouvrage au titre évocateur, « Les effets des bains de mer sur les glandes« ; en 1753, la mode des bains de mer engendre le développement de toutes les stations balnéaires du littoral français. 

A Boulogne, l’arrivée du chemin de fer stimule bien évidemment cet engouement… Si on arrive en ville à la gare des Tintelleries, on descend volontiers à la station Capécure, plus proche des animations de la plage.

La gare de Capécure, aujourd’hui disparue, comme tout le quartier très animé qui l’entourait.

On redécouvre le corps, même soigneusement dissimulé, à une époque où même la vue d’une cheville était éminemment érotique… Au point d’entrer dans l’eau, loin des regards, dans une de ces fameuses cabines de plage tirées par nos chevaux boulonnais.

L’établissement des bains de mer froids est célèbre dans toute l’Europe.Les baigneurs achètent leur ticket de bain qui ouvre droit à la fourniture du costume et des serviettes, et à la location de la voiture-baignoire. Aménagé en cabinet de toilette, elle protège de l’air et des regards indiscrets ! tractée par un cheval, elle conduit le baigneur qui s’y est mis en tenue jusqu’à la mer et l’attend jusqu’à la fin de son bain. Trois premières voitures sont mises en circulation au mois d’août 1824, trente en 1839, quarante quelques années plus tard.

La voiture-baignoire de l’établissement des bains de mer de Boulogne-sur-Mer, dont les premières sont mises en service au mois d’août 1824.

En 1863, un second établissement de bains ouvre à Boulogne, sur des plans d’Albert Debayser. C’est le Casino, où se trouve la première piscine découverte de France. Transformé au fil des ans (restaurant, hydrothérapie), Il s’agit déjà d’un gigantesque complexe de loisirs, anéanti en partie par un incendie en 1937, puis par les bombardements de la Seconde Guerre Mondiale.

Toute une activité s’organise alors, autour des bains de mer. Les Margats, sur le port ou à la gare des Tintelleries, guettent les touristes et se font porteurs de bagage, les adultes s’adonnent à la vente ambulante ou investissent dans les cabines. On élève des troupeaux de chèvres qu’on mène sur la plage, pour divertir les baigneurs, ou des ânes pour les emmener se promener sur la digue. 

Les hôtels se multiplient, dont il ne reste plus aujourd’hui que le grand hôtel Princess. Et l’afflux de la haute société à Boulogne motive aussi la construction du théâtre municipal, la salle Monsigny.

Et pour que ce beau monde puisse circuler dans la ville, ce sont des lignes de tramways qui fonctionnent entre 1881 et 1897, allant même jusqu’Hardelot !

La réputation de la station est alors européenne !

« Je lui disais toujours que je l’emmènerais à Boulogne, prendre des bains de mer”
F. Dostoïevsky, La Douce, dans le Journal d’un Écrivain, novembre 1876.

Un Tramway sur le Quai Gambetta. (Claude Villetaneuse, collection personnelle)

Cette attractivité touristique qui en fait la ville la plus peuplée du Pas-de-Calais, jusqu’en 1885, et la seconde de la région, après Lille. Au milieu du XIXème siècle, quelques 15 000 touristes anglais affluent sur la plage, l’été, et 5000 d’entre eux résident à l’année dans la ville. Sur 30 000 habitants !

En 1863, le magnifique casino de Boulogne est inauguré en grande pompe, avec ses espaces d’hydrothérapie en sous-sol. Le casino d’Après-Guerre a d’ailleurs, comme Nausicaa aujourd’hui, conservé cette tradition, abritant toujours une piscine municipale…

Et si la Grande Guerre a transformé Boulogne, le souvenir de ces Bains de Mer et de ses fastes demeure dans les mémoires…

Bientôt, grâce au Front populaire, et à la loi sur les congés payés, d’autres touristes se presseront sur la plage de Boulogne, dont les habitants apprendront aussi à profiter, plutôt que de travailler sans relâche, pour cette clientèle très privilégiée de la Belle Epoque…

Les premiers congés payés, 1936… Pour la première fois, dans l’histoire du monde ouvrier, on se repose vraiment, et on découvre la mer !

Publicités

3 réflexions sur “Vidéo- Tous à la plage !!!

  1. Le Casino de Boulogne-sur-mer a été reconnu comme l’un des plus luxueux. Je me rappelle de ses salles, qui étaient superbes. Lino FERRE y est venu chanter. Accompagné de sa guenon à l’époque. En 1988, j’y ai assisté à l’un des derniers concerts qui y furent donnés : Les SCRAPS, Punks Hard-Core venus de Lille. Soirée mémorable. Sur la façade du corps de bâtiment qui a été l’Hôtel Princess, on trouve toujours la plus vieille plaque de rue de l’agglomération, qui doit dater de 1866 il me semble…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s