Un port en eau profonde… à Audresselles !

Vagues à Audresselles...

Vagues et nuit tombante à Audresselles…

La seconde moitié du XIX° Siècle est intéressante à plus d’un titre. Napoléon III, dont l’activité a été tournée vers la modernisation du pays, a une vraie vision pour la France . Si des guerres ont émaillé sa présence à la tête de l’Etat redevenu Empire, s’il n’a pas toujours été suivi par le Corps Législatif, néanmoins des avancées ont été faites. La France semble s’arracher à ce moment à son vieux modèle, hérité de la Monarchie. Le trafic est grand dans les domaines de la construction, de l’industrie, dans la production monumentale, les Arts, le secteur maritime… on sort petit à petit du paupérisme. Les relations entre les souverains anglais et français sont au beau fixe. Reine et Empereur, Princesses et Princes, se visitent souvent. Les échanges commerciaux et les voyages d’agrément se développent et augmentent.

Tout va pour le mieux, alors que les alliés savent dès 1869 qu’une guerre se profile avec la PrusseDepuis la Guerre de Crimée, les deux alliés savent qu’ils ont besoin d’un port militaire en Manche. L’aventure commune de 1854 leur a démontré qu’aucun port anglais ou français n’était apte à l’embarquement d’un grand nombre de soldats et de chevaux sur de grands navires cuirassés…

Étant donné la difficulté des côtes des deux pays, de nombreux problèmes chroniques affectent la traversée du Pas-de-Calais : -Personne n’est vraiment satisfait des malles ou des Packet-Boats qui croisent dans la Manche… retards… cargaisons perdues ou abimées… l’entrée du Port de Boulogne est difficile. Quant au Port de Calais, son ensablement le rend dangereux. Des deux côtés, on parle depuis longtemps de grands travaux qui permettraient d’améliorer la traversée, mais rien n’a été fait…

La Serpentine dans Hyde Park.

Sur le lac Serpentine dans Hyde Park. En attendant mieux…

Quant, le 27 juillet 1869, la Presse annonce que les frères WARING, « Railways contractors », ont demandé une concession sur le sol français pour y installer un port en eau profonde, peu de réactions naissent… se rappelant de tous ces ponts, tunnels, vols massifs de ballons… autant de projets qui n’ont jamais vu le jour, gens du peuple sourient et notables tiquent.

L’endroit choisi pour bâtir ce port gigantesque est une bande côtière de 2000 mètres de long, entre le Cran du Noirda, et le Cran aux Oeufs. Ce havre devrait permettre de joindre Dover à Audresselles. L’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées Régy en a déjà dessiné les plans, et l’Amiral Chabanne La Palice s’en fait le plus grand défenseur.

La concession est demandée pour 99 ans, et les installations de l’entreprise doivent revenir à l’État français au bout de ce temps. Les termes du préambule de ce projet sont sans équivoque : « MM WARING seront dans l’obligation de construire un port pour assurer le service des paquebots de la compagnie et ce port ne coûtera pas moins de 17 à 18 millions. C’est à ce prix élevé qu’elle acquérerait le droit de jouir d’un débarcadère sur la côte du Gris-Nez,[ … ]le port[ … ]restera dans le domaine public et sera toujours accessible à tous les navires,[ … ]sans qu’ils aient à payer aucun droit d’entrée, de tonnage ou d’ancrage. » -Le cahier des charges a de plus prévu une caution de 200 000 Francs.

Il est projeté de construire le port au Nord d’Audresselles, en raison du faible ensablement de la région. La jetée Nord adossée au Cran Poulet aurait 750 m. de long, tandis que celle du Sud, au

Projet WARING.

Projet WARING.

Cran Mademoiselle, ferait 1250 m.. Un terre-plein de 900 m. de long, sur 200 m. de large, supporterait une voie publique de 40 m. de large. Un plan d’eau de 50 Ha. permettrait aux navires de 8 m. de calaison de manœuvrer. Une gare maritime serait juchée sur toute la longueur de la Jetée Nord et serait couverte sur une largeur de 30 m.. Il est prévu d’agrandir le projet par la construction d’un second port sur la base du premier( comme montré sur le plan ci-dessus ).

Tant en Angleterre qu’en France, les Gouvernements accueillent favorablement le projet. Mais très vite, des rapports confidentiels font apparaître des motivations cachées… « De Cherbourg à la frontière belge, la France ne possède aucun port accessible aux bâtiments cuirassés ou aux grand transports de guerre. Le fâcheux état de nos côtes [ … ]. On ne pouvait penser sans la plus vive anxiété aux conséquences que pouvaient avoir ces fâcheuses conditions dans l’éventualité d’une guerre avec la Prusse. »

Si le Sénat de France et les Anglais sont favorables à la construction, l’accueil est plus nuancé dans la Presse nationale. Encore, les Municipalités craignent l’installation et la concurrence commerciale et hôtelière anglaises. A Calais comme à Boulogne, on craint la ruine. On parle même de « boucher » Audresselles en y jetant des pierres ! Bref, le peuple de France est hostile au projet, ainsi que le note The Times…

C’est bien trop tard… la guerre contre la Prusse renverse le Régime, et plonge le pays dans d’autres préoccupations… le projet est rangé, puis oublié. On le ressortira en janvier 1874, pour concurrencer les projets d’aménagement de Boulogne et Calais… trois études seront commencées… l’implantation d’une gare maritime à Calais, le projet WARING, et le nouveau projet anglais FAWLER -ce dernier prévoyant l’implantation d’un port accueillant de grands bateaux porte-train…

Une nouvelle campagne de Presse voit le jour, et les pressions constantes des négociants de Calais et Boulogne font enterrer définitivement le projet. Le port en eau profonde à Audresselles n’a jamais vu le jour, coulé par la peur, l’encre des journaux l’envie, la jalousie et la mesquinerie… Il faudra attendre longtemps… attendre la fin du XX° Siècle pour que FRANCE et ANGLETERRE soient reliées solidement.

Publicités

Une réflexion sur “Un port en eau profonde… à Audresselles !

  1. Pour qui connait la côte à cet endroit, il est sur que ce n’est pas là que l’ensablement est le plus grand. Ce port aurait été une chance pour la région, aussi bien que pour nos voisins anglais. Mais… elle est restée intacte, et l’une des plus belles portions de rivage qui soit. Quel soulagement que nous puissions encore profiter de sa beauté aujourd’hui !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s