Terlincthun, Verlincthun, Baincthun ? Mais qu’est-ce que c’est que tous ces pieds de -THUN ?!

Archers saxons. Reconstitution à partir des découvertes archéologiques, site de Vron, dans la Somme (Samara)

Non, ne vous y trompez pas, ce ne sont pas des villages d’ivrognes, qu’on désigne chez nous par l’expression « pieds d’thym » !

Les toponymes en -THUN sont nombreux, dans le Boulonnais ; on n’en dénombre pas moins de quarante-huit, villages ou lieux-dits ! On les trouve localisés dans un losange dont la pointe nord se trouve à Frethun, la pointe sud à Verlincthun… Mais d’où viennent donc ces étranges noms de lieux ?

Tous nos toponymes en -thun sont d’origine saxonne, nous viennent de la fin de l’Antiquité, ce Bas-Empire pendant lequel Rome peine à contenir et à contrôler les peuples qui franchissent sa frontière, le limes, et du Haut-Moyen-Age, ces temps obscurs où sont fondées les sociétés européennes occidentales.

Quelques exemples ?

  • ALINCTHUN : Le suffixe « thun » vient du vieux saxon «tuna » qui signifie « ferme ». Alincthun signifie donc « la ferme des gens d’Algo ».
  • AMBLETEUSE : Amfleet, fleet signifiant « la baie ».
  • AUDRESSELLES : « Sele » signifie « salle » ou «manoir ». Ce toponyme signifie donc « le château d’Audahari »
  • BAINCTHUN : Bag-inga-tun soit « la ferme des gens de Bago ».
  • BALINGHEM :« la maison des gens de Babilo ». « hen » = maison, village ou habitation. « Inga » signifie « les gens de… ».
  • ECHINGHEN :Il s’agit ici de « la maison des gens de Asso »
  • HARDINGHEN : « la maison des gens de Haribod »
  • HERMELINGHEN : « la maison des gens de Hermilo »
  • OFFRETHUN : « la ferme de Wolf »

On ne va pas vous faire tout l’alphabet ! Si ?

Bon, un dernier ! VERLINCTHUN : « la maison des gens de Verlo ».

Une maison, c’est un clan, une famille élargie et ses serviteurs, une vraie communauté qui s’installe et travaille la terre, épousant quelques gaulois et gauloises au passage !

D’autres toponymes témoignent aussi de leur installation, dans le Boulonnais. La Slack, notre fleuve côtier qui se jette dans la Manche à Ambleteuse, est également un toponyme saxon (se = mer et laecc = cours d’eau coulant à travers un marécage)… Le Wimereux également (hydronyme germanique Wim et ring = boucle, méandre). Pour le village d’Alembon, on devinerait à peine que ce sont aussi les Saxons qui lui ont laissé son nom (Aliso », l’aulne ,et « born », l’arbre.)… Et Caffiers, c’est aussi du vieux saxon « fyrs» signifiant « ajonc » associé à « Catt » le chat, le « chat dans les ajoncs » ! Mais aussi Fiennes, du saxon « flost», qui signifie la plaine ! Wimille, « le moulin sur la rivière », Wissant , « le sable blanc » !

Une carte très simplifiée des « Grandes Invasions »… http://bbouillon.free.fr/univ/hl/Fichiers/Cartes/invas.htm

De Grandes Invasions ?

Attention, ne cédons pas à la tentation de parler de « Grandes Invasions » à tort et à travers ! La plupart des peuples qui s’installent dans l’Empire Romain sont des invités de Rome, qui compte sur eux pour surveiller les frontières de l’empire à leur place… Ils sont souvent très au fait de la culture romaine, certains sont intégrés depuis longtemps à la légion, même si, en effet, ils apportent avec eux leurs coutumes politiques… Odoacre, qui fut Hun ou Goth, et déposa le dernier Empereur de Rome, le petit Romulus Augustule, en 476, a fait toute sa carrière dans la légion, qu’il a servie ardemment…

Il faudrait plutôt parler de migrations… Nos multiples ancêtres, Francs, Angles, Jutes, et Saxons, se sont installés, souvent sans coup férir, dans la région et sont des migrants, arrivés avec leur langue, leurs coutumes, leur religion païenne, et se sont peu à peu fondus dans la population gauloise. Assimilés et intégrés, comme on dirait aujourd’hui, ils ont cependant apporté leur culture, du vocabulaire, et des noms aux lieux où ils se sont implantés.

Et ce sont eux aussi qui fait du lien d’homme à homme, du serment volontaire, le fondement de la construction politique et sociale complexe qui donne naissance à la féodalité et à la royauté.

Reconstitution d’une maison saxonne en Westphalie du Nord.

Alors, qui sont ces Saxons qui plantent du -thun partout ?

Nous avions déjà expliqué qu’ils sillonnaient déjà, au IIIème siècle, la Côte d’Opale, et que leurs bateaux pirates, qui ont influencé les techniques de construction de nos flobarts, donnaient bien du fil à retordre aux Romains de la Classis Britannica... Au point que les Romains mettent en place une Litus Saxonicum, la côte saxonne pour se défendre contre ces marins qui infestent la Mer du Nord et la Manche !

Originaires de l’actuel Holstein, au Nord de l’Allemagne, et au Sud du Danemark, sur le littoral de la Mer du Nord, mais aussi des îles de la Frise, qu’ils ont conquises, ils occupent rapidement un vaste territoire incluant le centre des Pays-Bas, dans un ensemble qu’on appelle la « Saxe Primitive ». Ils sont les cousins des Angles, des Jutes, des Hérules, qui partagent avec eux une langue que les philologues appellent le « Nordseegermanisch ».

Et leur nom ? Les interprétations sont multiples, mais il semble bien qu’ils le doivent à l’épée courte qu’ils utilisent, comme les Francs, le scramasaxe… C’est un peuple de guerriers !

Scramasaxe avec éléments de fourreau avant et après restauration, VIIe siècle. © UASD / J. Mangin

Mais, comme plus tard leurs cousins Vikings, ils sont aussi paysans, quand ils ne sont pas en campagne de pillage, et ce fameux suffixe THUN signifie « ferme ». Une fois installés, nos guerriers au scramasaxe deviennent tout à fait pacifiques, et ils colonisent toute la Côte et son arrière-pays ! Sous l’autorité de leurs chefs, ils sont encore régis par l’administration romaine et occupent d’anciennes villas.

Ont-ils d’abord colonisé la Bretagne, avec leurs cousins les Angles ? Ou se sont-ils installés d’abord dans le Boulonnais ?

Un peu des deux… Il semble qu’ils aient colonisé simultanément les régions de part et d’autre du Détroit, comme en témoignent des découvertes archéologiques de Claude Seillier, dans la Somme, à Vron, datant de la fin du IVème siècle. D’ailleurs, il est probable que ces Saxons de la Somme s’y soient installés comme soldats auxiliaires, au service de Rome.

Sur le continent, leur installation a sans doute été contrariée par celle des Francs, à la même époque. Mais au contraire des Francs, les Saxons arrivent par la mer. Et dans le Boulonnais, où la densité de population est assez faible, ils ont trouvé des terres à coloniser… Ils y trouvent des conditions de vie assez proches de celles des régions dont ils sont originaires. Rappelons-nous que la côte est alors très marécageuse, pendant cette période qu’on nomme « deuxième transgression dunkerquienne », et où la mer pénétrait profondément à l’intérieur des terres. Ailleurs en Gaule, leur présence est très ponctuelle, et bien moins marquée !

(c) Le Musée Itinérant/Historic’one – http://www.musee-itinerant.org/site/spip.php?article104

Au Vème siècle, ils profitent évidemment de l’abandon par les Romains de leurs colonies militaires de la région, dont Bononia, mais surtout Quentovic, Etaples, qui devient leur port de prédilection. Leur migration sur nos côtes se poursuivent jusqu’au VIIème siècle, tandis que certains de nos Saxons colonisent également le littoral du Kent, créant, déjà, d’intenses échanges entre les deux rives de la Manche et dont témoignent les découvertes réalisées dans les nombreuses nécropoles saxonnes du Boulonnais.

Même convertis au christianisme, entre 660 et 750, les Saxons du Boulonnais ne perdent pas contact avec leurs cousins d’Outre-Manche, tout en s’assimilant parfaitement avec leurs voisins Francs, même si, ailleurs, ils résistent longtemps à la domination franque, et ne s’inclinent que très tard, face à l’empereur Charlemagne..

Alors, les Moussaillons, descendants de migrants saxons ? Les pieds de -THUN ne sont pas forcément ceux qu’on croit !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s