La légende des Maqueux de Biques.

église Saint Martin à Samer.

église Saint Martin à Samer.

Le village de Samer est situé à une quinzaine de Kilomètres de l’agglomération de Boulogne. Il est dit que dans les temps anciens, les Gaulois l’appelaient « Sylviac », ceci étant du aux nombreux bois et forêts qui recouvraient les collines à l’entour.

Au XII° Siècle, on se mit à raconter une histoire bien étrange. On peut la lire dans L’Histoire des Morins, publiée en 1639 par le Père MALBRANCQ : Tous les ans, le trois mai, jour de l’Invention de la Sainte Croix( ou jour du Saint Sacrement ), une Biche et son Faon sortaient de la forêt, et venaient jusqu’à la porte de l’Abbaye. Ces deux « biques » rejoignaient la procession conduite par les gens du village, y prenaient place, marchaient et s’arrêtaient quand il le fallait. De tous les côtés, accouraient des gens d’autres villages pour admirer un tel prodige. Quand la procession prenait fin, on voyait la Biche aller attendre à la porte de l’église, tandis que le Faon regagnait sa forêt. Cette Biche était soignée et nourrie, engraissée par les gens du village pendant un certain temps. Puis elle était mise à mort, et donnée aux pauvres et nécessiteux du village afin qu’ils s’en nourrissent.

L’année suivante, au jour de la procession de la Sainte Croix, on voyait la Biche revenir et suivre la procession, accompagnée d’un nouveau Faon… cette excellente occasion durait depuis plusieurs siècles, d’après la légende, déjà ancienne lorsqu’elle fut écrite.

Mais tout bonheur a une fin… la dut-on à des étrangers qui vinrent admirer le miracle, en toute méconnaissance de la tradition, ou à une bande soudards en quête de ripailles ? Ou aux gens de Samer eux-mêmes, trop confiants en leur avenir ? Les avis divergent, mais… toujours est-il qu’une année, ni Biche, ni Faon, ne regagnèrent la forêt. Des gens avaient mangé les deux ! Dès lors, on eut beau faire, chercher, appeler, battre bois et forêts… la Biche ne revint plus, chaque année, accompagnée de son Faon qu’elle offrait en sacrifice aux gens de Samer… La manne miraculeuse avait disparu.

Interrogeons un peu plus la légende, et l’Histoire. Le terme « bique » désigne tout autant en patois artésien la Biche que la Chèvre. D’où ont pu découler des interférences et des maladresses lors de la transition linguistique, du parler originel à la Langue Française.
Il existe au Moyen-Âge en France, un interdit sur la consommation de viande de Chèvre. Cette dernière est alors réputée intelligente, et capable de sentiments. Tout comme sa cousine, la Biche. D’ailleurs, les chasseurs de l’époque, fiers de leurs massacres de Sangliers, animaux réputés brutaux et puissants, colériques, n’ont-ils pas honte de tuer une Biche ? -On dit que cet animal lorsqu’on le met à mort, verse des larmes… Encore, la consommation de viande de Chèvre mal cuite entraîne ce qu’on appelle à l’époque « Fièvre de Malte« . Il s’agit en fait de la Bruxellose, qui doit bien effrayer nos ancêtres…

Mettons. Mais remarquons d’abord que le 3 mai est une date importante dans le « calendrier celte »… C’est un jour qui marque le renouveau, la renaissance, et quelque chose va en rester dans le calendrier de l’Eglise Catholique. La légende des « Maqueux de biques » s’inscrit certainement dans ce temps, à la fois fantastique et religieux. D’autres origines peuvent exister, et plusieurs « sources » ont pu mélanger leurs eaux. Ainsi, à l’époque où le conte apparaît, si les guerres, les batailles sont nombreuses dans la région, celle-ci a vu défiler de nombreuses troupes qui se sont livrées au pillage, au braconnage. Et le soldat en guerre qui se sert, n’est pas regardant sur la quantité. La ressource naturelle a pu en être affectée longtemps… Des groupes humains chassés de leurs terres, et donc affamés, ont pu trouver refuge dans les environs, créant une disette passagère, qui a du plonger beaucoup de monde dans l’inquiétude quant aux lendemains… Aussi, c’est Saint WULMER qui crée l’Abbaye de Samer, protégée par les Comtes de Boulogne. Sur les armes de ce saint, apparait une tête de Cerf… que l’on retrouve aujourd’hui sur le blason de la commune. L’apparition du blason est donc antérieure à la création de la légende…

« Blason ville fr Samer (Pas-de-Calais) » par UserSpedonaCette image a été réalisée pour le Projet Blasons de la Wikipédia francophone — Travail personneliLe code de ce fichier SVG est valide.Cette image vectorielle a été cr

Blason de la ville de Samer

D’où peut bien venir cet animal, apposé sur un écu ? Aujourd’hui, l’explication se perd dans la nuit des temps… Tête d’animal, ou visage du Dieu cornu celte Cernunos, qui protège le bétail et le gibier ? -Il aurait pu une fois faillir à sa mission, en laissant exterminer une population ovine ou cervidée ?

Aujourd’hui encore, on entend les termes de « Maqueux de Biques » lorsqu’on parle des habitants de Samer. Participant à l’identité locale d’un groupe humain, ces paroles ne sont ni insultantes, ni dépréciatives. Elles sont, encore une fois, la trace de ce que l’Être Humain a besoin de créer de merveilleux pour s’attacher au territoire, pour conserver de façon durable une mémoire commune. Pour se souvenir de temps très durs, dont il est sorti vainqueur. Pour faire taire ses inquiétudes aujourd’hui, afin d’affronter ses incertitudes demain.

Alors, qu’elle soit la mémoire de la famine et de sa misère, le souvenir des ravages de la guerre, une première forme de ce que l’Europe produirait à profusion quelques siècles plus tard, à savoir des Contes d’Animaux, ou tout simplement une justification héraldique ajoutée à l’Histoire… la légende des Maqueux de Biques est un marqueur de l’identité historique et culturelle de la population de Samer. Nous dirons que les Fées, à leur façon, se sont penchées sur le berceau des Samériens. Ils peuvent en être fiers.

Publicités

7 réflexions sur “La légende des Maqueux de Biques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s